La construction bois est de plus en plus tendance aujourd’hui, et nous sommes heureux d’avoir plusieurs projets en cours d’étude utilisant ce principe constructif. Cependant, à l’heure où l’on parle d’agir pour la planète, plusieurs discussions avec des amis, ainsi que l’article ci-dessous du boisinternational faisant état d’incendie criminel sur des engins forestiers (pour lutter contre la déforestation !) me font dire qu’il serait bon de préciser quelques données sur la forêt française.

Si je suis d’accord avec le fait que beaucoup d’espaces forestiers dans le monde sont très mal gérés, pouvant ainsi conduire à la déforestation et à la destruction de nombreux habitats naturels, cela n’est pas le cas de la forêt française dans sa globalité.

En France, le premier Code Forestier date de 1346 ! Il est instauré par le roi Philippe VI de Valois, afin d’économiser les réserves de bois et de faire face à la consommation excessive du pays. Il connaitra plusieurs évolutions, avant d’être révisé par le Code Forestier de 1827. Celui-ci va instaurer une restriction des droits d’usage dans les forêts, afin de restaurer la surface forestière et assurer une protection durable des peuplements.
L’actuel Code Forestier date de 2016 et vise les 3 objectifs suivants :
• Conserver la surface forestière
• Promouvoir la gestion durable des forêts pour un approvisionnement durable de la filière
• Promouvoir la hiérarchie des usages dans le bois : bois d’œuvre en priorité, puis bois d’industrie et enfin bois énergie.

Voici un petit tableau récapitulatif de l’état de la forêt française depuis le premier Code Forestier :

AnnéeNombre d’hectare de forêt% du territoire
138014 millions25%
18206 à 7 millions12%
18509 millions16,5%
191410 millions18,5%
198514 millions25%
202017 millions (+8 millions DOM)31%
État de la forêt française

Si la superficie de forêt est tombée très bas au début du XIXe siècle (le bois était alors une des ressources principales : charbons pour l’industrie, navires, …), suite au nouveau Code Forestier de 1827, une vraie politique de reboisement et de gestion a été appliqué, permettant de tripler la superficie de forêt en 200ans, dépassant ainsi celle présente à la fin du XIVe siècle.

La forêt française représente aujourd’hui 14% des forêts européennes, et se classe au 4ème rang derrière la Suède, la Finlande et la Russie.
Elle est composée de 64% de feuillus et de 36% de résineux.
75% des forêts sont propriétés privées, 15% sont propriétés communales et 10% sont propriétés domaniales (Etat). Les domaines publics sont gérés par l’ONF, ainsi que certains domaines privés à la demande de leur propriétaire. L’Office National des Forêts a été créé en 1964 ; il est issu de l’éclatement de la très ancienne administration des Eaux et Forêts, fondée en 1291 par le roi Philippe IV le Bel.
Tous les domaines forestiers (publics comme privés) sont soumis au Code Forestier.

En 1999, l’industrie du bois met en place le label PEFC (Programme de Reconnaissance des Certifications Forestières) afin de promouvoir la gestion durable des forêts. Cette certification concerne les propriétaires forestiers, les exploitants et les entreprises de transformation et de commercialisation, et est une garantie pour le consommateur que le bois qu’il achète provient bien de forêts durablement gérées.

Aujourd’hui, la France commercialise 38 millions de m3 de bois par an (sur les ~2,8 milliards de m3 de bois sur pieds), réparti comme suit :
• 19,6 millions m3 : Bois d’Œuvre (sciages, merrains & bois sous rails, placages & contreplaqués, …)
• 10,5 millions m3 : Bois d’Industrie (pâte à papier, panneaux, piquets …)
• 8 millions m3 : Bois d’Energie (bois de chauffage, granulés, plaquettes, charbons de bois, …)

Le graphique ci-dessous montre l’évolution des productions de ces différents volumes de bois :

Évolution des productions : Bois d’Œuvre, Bois d’Industrie, Bois d’Énergie

La production de Bois d’Energie a presque triplé en l’espace de 15 ans, et se rapproche de la production du Bois d’Industrie.

Nous pouvons ainsi voir que la forêt française se porte bien et qu’elle est bien gérée. Pour reprendre l’article d’actualité cité au début, si l’on veut lutter contre le problème de la déforestation, ce n’est donc pas aux forestiers français qu’il faut s’attaquer !

Par contre, suite aux éléments vus ci-dessus, nous voyons que certaines problématiques se dessinent :
Quelle place donner aux différents modes de chauffage au bois sans porter atteintes à la production de Bois d’Œuvre et de Bois d’Industrie, telle est l’une des problématiques de la filière bois (et par conséquent aussi de celle du Bâtiment) pour les années qui viennent !

Dans de prochains articles, nous aborderons les propriétés du matériau bois, ainsi que les différents modes de construction en bois (il y en a beaucoup !)

Bruno CARON
Economiste de la construction – MECOBAT

Pin It on Pinterest

Partager

Partagez sur vos réseaux sociaux !