La RE 2020 est une vraie opportunité mais également un important défi technique et économique pour les acteurs de la Construction.

Dans la continuité des précédentes Règlementations Thermiques, le principe reste l’analyse et la certification des prestations énergétiques des bâtiments ; mais cette évolution intègre des axes analytiques et des intentions très actuels et stimulants : sobriété énergétique, sortie des énergies fossiles, amélioration du confort d’été et décarbonation.

Une des caractéristiques les plus débattues mais déjà confirmée par la Ministre de la Transition Ecologique, concerne les maisons individuelles chauffées au gaz, pour lesquelles la date limite d’obtention d’un PC a été fixée à fin 2023.

Ce changement d’approche amènera vraisemblablement un développement notable de systèmes moins utilisés jusqu’à présent comme la géothermie, la chaufferie biomasse, la PAC collective, etc… mais également le développement de systèmes et équipements utilisant du gaz « renouvelable », notamment le biométhane et l’hydrogène.

Le Communiqué de presse du 18/02/2021 du Ministère de la Transition Ecologique détaille aussi les évolutions en matière de construction évoquant l’orientation de la RE2020 à favoriser :

  • la diversité des modes constructifs
  • la mixité des matériaux
  • le recours à matériaux biosourcés et géosourcés

La date de mise en application est confirmée au 1er janvier 2022.

Quelques rappels des principales nouveautés :

  • Besoin bioclimatique, ou Bio : 30% inférieur à celui de la réglementation thermique 2012, que ce soit en résidentiel individuel ou collectif, avec intégration des besoins en rafraîchissement.
  • IC (Indice Carbone) : Emissions de dioxyde de Carbonne limitée à 4 kg/m²/an dans l’individuel, de 14 kg/m²/an dans le collectif qui passera à 6 kgCO2/m²/an en 2024
  • CEP nr : Une volonté de recours systématique à l’énergie renouvelable (les seuils min ou les contraintes principales ne sont pas encore déterminées).
  • Indicateur DH (degrés-heures) : Révision de la méthode de calcul du confort d’été (l’actuelle TIC)

Des questions restent par contre encore sans réponse, comme l’impact économique sur la filière de la construction ou le sujet si important de la QAI (Qualité de l’Air Intérieur), qui fait l’objet de plusieurs études dans cette période pas trop heureuse. Y aura-t-il des actualisations des taux de renouvellement d’air par activité et typologies de locaux ?

Auteur : Marco NICO

Pin It on Pinterest

Partager

Partagez sur vos réseaux sociaux !